Follow

Un de mes oncles, probablement celui que j'aimais le plus, était un des premiers prêtre ouvrier.
Ces derniers temps, j'ai fait quelques recherches basées sur des choses qu'il m'a raconté de lui. Entre autre, je sais qu'il a participé à la rédaction du « manifeste des 73 » prêtres ouvriers qui défendaient la possibilité de se mêler à la vie ouvrière pour les prêtres (plutôt que de juger de loin, du haut de sa chaire).
J'ai enfin retrouvé le texte en question.
et .

Morceaux choisis.
« Les autorités religieuses imposent aux prêtres ouvriers des conditions telles qu'elles constituent un abandon de leur vie de travailleur et un reniement de la lutte qu'ils mènent solidairement avec leurs camarades. »
Notez l'utilisation du terme « camarade ».

Morceaux choisis.
« L'existence et l'activité des prêtres ouvriers ont jeté le désarroi dans les milieux habitués à mettre la religion de leurs intérêts et de leurs préjugés de classe. »
Ouais, des prêtres critiquent les possédants et leurs préjugés de classe.

Morceaux choisis.
« La classe ouvrière n'a pas besoin de gens qui « se penchent sur leur misère », mais d'hommes qui partagent ses luttes et ses espoirs. »
Okay, ça invisibilise les femmes (on était en 1954, quand-même), mais *pan*, dans les dents le misérabilisme.

Morceaux choisis.
« Nos décisions seront prises dans un respect total de la condition ouvrière et de la lutte des travailleurs pour leur libération. »
En gros, selon eux : lutte des classes > Vatican.

Je repensais à ce texte aujourd'hui, et je me souviens que, en sortant du séminaire, a été affecté comme aumônier d'un lycée catho privé.
Il a refusé et a demandé un entretien avec son cardinal. Ça demandait un certain courage pour un prêtre tout juste ordonné.

Et il a obtenu son entretien. Il faut dire que le cardinal en question était Achille Liénart, le « cardinal rouge ».
fr.wikipedia.org/wiki/Achille_

Liénart l'a laissé lui expliquer ss motivations pendant deux bonnes heures, et… il a accepté que mon oncle ne soit affecté à aucun diocèse, et prenne un boulot.

Comme mon oncle n'avait aucune formation technique, il a du mentir sur ses qualifications pour obtenir un poste de soudeur, où il a travaillé pendant deux ans, sans qu'aucun de ses collègues ne se doute qu'il était prêtre.

Ce secret ne s'est révélé que petit à petit, quand il a commencé à venir en aide à un de ses collègues qui traversait un passage difficile de sa vie (je n'ai jamais eu les détails).

Quand il est mort, j'ai hérité de lui ses habits de prêtre.
Et je culpabilise un peu de les laisser pliés, inutiles mais en excellent état, dans un sac.
Si vous connaissez des prêtres engagés, à fond, à qui ça pourrait faire plaisir et qui pourraient le « mériter », faites moi signe.
Boosts bienvenus.

J'ai envie d'en raconter un peu plus sur le texte ci-dessus, pour par mal de raisons.
Déjà parce-qu'il est vraiment marquant d'une part par son mélange le champs lexicaux chrétiens (paix, pain, foi…) et ouvertement communistes (liberté, camarades, prolétaires, travailleurs, classer, privilèges…), et d'autre part par son potentiel à l'oralité. Essayez de le lire à voix haute. Malgré sa densité politique, on sent qu'il a été fait par des gens qui ont l'habitude de la prise de parole en public.

Mais plus importante encore, c'est la conception, la genèse de ce texte.
Il n'a pas simplement été rédigé par un genre de comité directeur et signé ensuite par d'autres prêtres.
Il a été activement rédigé en commun par tous les prêtres qui l'ont signé.
Chacune des versions de ce texte a fait des allers-retours entre Paris et des comités locaux qui proposaient des modifications, qui étaient prises en compte pour proposer la version suivante jusqu'à ce que le texte soit validé à l'unanimité.

Vous imaginez un pad à soixante-treize et sans internet ? C'est ce que ces prêtres ont fait, souvent à la main et par courrier papier à la fin des années 50.
Un vrai travail collectif en autogestion !

Mon oncle a fait partie de la délégation des trois prêtres à emmener ce texte directement au Vatican, au pape de l'époque.
Ils n'ont pas été reçu… enfin, pas en tant que délégation.
Un seul d'entre eux a pu voir le pape : le Vatican est maître en image et manipulations diplomatiques. Il s'agissait ainsi de ne pas laisser dire qu'ils avaient accepté de discuter avec les prêtres-ouvriers.

Comme on le sait ou comme on peut s'en douter, les prêtres-ouvriers ont néanmoins été interdits.
La plupart de ces prêtres sont rentrés dans le rang… plus ou moins.
Je ne sais pas comment chacun a réagit.
Je sais en revanche que mon oncle a demandé à être envoyé dans une région pauvre et où il n'allait pas prêcher des convaincus.
Il a été envoyé dans un petit village du Vaucluse. La première chose qu'il y a fait ? Aller voir le plombier du village d'air coté pour y bosser… gratos mais en scred.

@parleur Ton thread me fait penser a la serie que je suis en train de regarder en ce moment: Ainsi soient-ils.
(la premiere saison (il y en a 3) basée sur le parcours des seminaristes est la plus intéressante).
Je conseille ;)

@parleur
j'ai eu l'occasion d'échanger avec un prêtre ouvrier. Et je l'avais trouvé très intéressant." Être avec".
Discours de gauche marqué et inattendu !

@parleur
ça me fait penser à un bouquin lu il y a longtemps
"le pape a disparu"

@parleur ah le seul croyant de la famille, il était prêtre ouvrier aussi, au brésil. Il faisait une lettre d'info à Noël.
j'adorai lire ses histoires de théologie de la libération et leurs activités auprès des jeunes mères célibataires ... ce qu'ils faisaient comme éducation populaire, enfin, sa vie quoi ...
Il a finit, en retraite dans le 9.3, il faisait des "bénédictions" sauvages de couples homosexuels... bref, je l'aimai bien

@LovisIX @parleur ouaip enfin. C'était quand même un curée hein ! Faut pas me faire dire ce que j'ai pas dit ( réputation à tenir ;)

@parleur Merci pour le partage. J'ai aussi eu dans ma famille quelqu'un qui était prêtre ouvrier, c'est intéressant d'avoir ce genre de récits.
Sign in to participate in the conversation
Mastonado ! - Instance Mastodon sur parleur.net

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!